Avocats : Comment le coaching stimulera un retour sur investissement sur vous-même

Fév 3, 2020 | Coach Avocat

Accompagnant des avocats depuis 9 ans, je constate que l’idée de se faire accompagner pour réussir à atteindre plus vite ses objectifs est un réflexe qui met du temps à s’installer dans la profession d’avocat, là où c’est une démarche courante dans de nombreux autres secteurs de l’économie, sans parler des sportifs de haut niveau ou des hommes politiques qui furent précurseurs en la matière.

J’ai passé 26 ans dans le monde de l’entreprise, dans de grands groupes internationaux, pour l’essentiel en qualité de directeur financier, en France et à l’international. Lorsque j’ai été nommé Chief Financial Officer sur la filiale australienne en 2007, je me souviens que je me disais qu’après ce contrat d’expatriation, je m’orienterais vers une direction générale. C’était la voie classique d’évolution, celle qui satisfaisant mon égo de l’époque.

Bien avant ce contrat d’expatriation, j’avais bénéficié d’un coaching qui m’avais aidé sur de nombreux points dans ma façon d’être et de manager. Ceci m’avait conduit vers un intérêt certain pour le développement personnel mais que je ne vivais qu’au niveau mental.

Il m’a fallu une bonne année pour prendre mes marques en Australie et pour m’adapter aux nombreuses différences culturelles. Puis je me suis mis à participer à des stages de développement personnel qui reposaient tous sur des approches psychocorporelles durant mon temps libre. A la fin d’un stage résidentiel de 7 jours qui fut vraiment intense mais très riche, j’ai pris conscience que je voulais aller vers un métier où j’aiderai les gens « à aller mieux ». J’ai alors à nouveau eu recours à un coaching pour m’aider à réfléchir et à construire un projet de transition de carrière, tout en poursuivant mon travail de CFO. J’ai également continué de participer à d’autres stages qui me permettaient de développer ma maturité émotionnelle, de me libérer des blocages émotionnels inconscients qui me limitaient pour aller vers l’inconnu. Sans tout ce parcours de travail sur moi, je n’aurai jamais réussi à me reconvertir dans une nouvelle carrière si éloignée de la précédente et à m’épanouir autant dans celle-ci.

Depuis fin 2011, je coache les avocats notamment sur la façon de rendre leur pratique plus efficace et plus rentable, de développer leur portefeuille clients ou leur style de management, voire de trouver un meilleur équilibre de vie. J’y contribue en stimulant la mise en pratique de solutions grâce à mon questionnement et autres outils fondés sur des années d’expérience terrain en tant que client d’avocats d’abord puis de coach spécialisé auprès des avocats. Bon nombre des avocats que j’accompagne ont des difficultés impliquant non seulement leur pratique, le volume de leur travail mais aussi les relations avec leurs confrères, associés, collaborateurs et/ou clients.

Avec un peu d’aide et de prise de recul, favorables à la prise de conscience et à l’exploration de nouvelles solutions, ils sont en mesure de franchir ces obstacles et de générer plus de productivité, de volume d’activité et de plaisir dans leur pratique.

Pourquoi le coaching fonctionne ?

Le coaching permet des prises de conscience, apporte de la clarté, favorise la pensée créative, développe de nouvelles habitudes dans le savoir-être favorisant un développement personnel et stimulant l’auto-motivation,et ainsi il contribue à ancrer durablement de nouveaux apprentissages. Le coaching s’appuie sur les valeurs et les talents du client. Il cible explicitement la maximisation du potentiel du client et ce faisant, débloque ses sources de productivité et d’efficacité latentes, avec des résultats qui sont concrets et mesurables. La base de la réussite est la confiance réciproque.

Vous engagez un coach sur le sujet où vous avez décidé de réussir et il va vous aider à atteindre cet objectif plus rapidement qu’en le faisant seul.

Que fait le coach ?

Le coach travaille avec son client dans sa vraie vie, discutant et explorant les obstacles qui apparaissent et faisant le nécessaire pour les éliminer. Toutefois, il convient de savoir faire preuve de patience, chacun évolue à son propre rythme et en fonction de sa propre histoire, il n’y a pas deux sessions de coaching ni deux missions identiques. Cela prend parfois du temps pour lever des croyances limitantes ou autres blocages personnels, mais une fois ce cap franchi, tout devient plus fluide, facile, alors les idées émergent et les résultats s’accélèrent.

Le coach pratique un questionnement assidu et orienté en lien avec la situation actuelle du client. Il est dans l’écoute active, il donne des feedbacks quand c’est nécessaire et il est toujours un soutien inconditionnel pour aider son client à réussir.

Quelques exemples de ma propre pratique illustreront ce que ce processus peut faire.

  • Un avocat pluridisciplinaire, exerçant seul avec une assistante à temps partiel, essayait de faire du bon travail pour ses clients tout en essayant d’avoir des dossiers plus intéressants et une meilleure organisation dans sa pratique. Ceci l’avait conduit à travailler de longues journées, une partie de ses weekends et au mieux à ne s’octroyer qu’une semaine de congés par an. Il était épuisé ! Assez vite, j’ai été amené à suggérer qu’il analyse d’abord son portefeuille de dossiers au cours des douze derniers mois ainsi que la rentabilité Puis, je lui ai demandé de définir la vision du développement de son activité, les objectifs financiers convoités et les types de clients et de dossiers correspondants. Ensuite, nous avons travaillé sur son mode d’organisation et cela l’a conduit à mieux utiliser les ressources nécessaires notamment en termes d’assistanat, afin de se consacrer aux tâches où il avait une vraie valeur ajoutée, notamment le travail de fonds de ses dossiers, la relation clients et le développement de sa visibilité et de son réseau en vue d’attirer de nouveaux clients. Dix-huit mois plus tard, son volume d’activité a cru de 20 % tout en ayant retrouvé un meilleur équilibre de vie.
  • Un client potentiel avait approché une avocate spécialisée en propriété intellectuelle avec la possibilité de lui confier des dossiers si l’avocate consentait à baisser son tarif horaire. Je lui ai d’abord suggéré de faire une étude comparative des tarifs horaires pratiqués par des confrères amis exerçant dans le même domaine de compétence. Ceci l’a conduit à reconnaître que ses tarifs se situaient déjà à un niveau très bas au vu de son expérience et expertise dans le secteur. Mais pour autant, elle avait des difficultés à faire face à ce type de demande. C’est là que nous avons travaillé ensemble pendant plusieurs séances sur sa confiance en elle, sur ses croyances limitantes et sur son rapport à l’argent. Par la suite, elle s’est évertuée à augmenter progressivement son tarif horaire sur les nouveaux dossiers ainsi que lors des renouvellements de conventions d’honoraires. Cela lui a permis de faire progresser son tarif moyen de 40% en l’espace de 12 mois.
  • Un avocat en droit social était stressé, dormait mal, parce qu’il avait tant de dossiers qu’il craignait de faire des erreurs sur certains ou d’oublier de faire quelque chose pour un client par inadvertance. Nous avons échangé longuement sur sa façon de travailler et sur sa manière d’être dans ses interactions avec ses clients, associés et collaborateurs. Au-delà de son organisation et des technologies utilisables où il y avait des marges de progrès, son principal frein pour travailler à un rythme soutenable était sa grande difficulté à dire « non ». Cela lui a pris du temps, pour s’affirmer et devenir à l’aise dans sa capacité à dire « non », qui était une condition essentielle pour conjuguer l’exercice de sa pratique avec un meilleur équilibre de vie. Une fois cette nouveau savoir-être bien ancré, il a pu désormais faire des choix dans son travail et retrouver un rythme de travail supportable avec à la clé un meilleur sommeil.

Comment fonctionne le coaching ?

Comme vous le montre ces exemples, le coach n’est pas celui qui connaît les réponses au contraire d’un consultant, mais celui qui provoque les prises de conscience, qui identifie les blocages et qui contribue à les lever pour permettre à son client avocat d’atteindre plus rapidement son objectif. Le coach sert de miroir pour vos problèmes, questions et idées. Le coaching est pratique et concret, il repose sur l’interaction entre le coach et l’avocat coaché, c’est un partenariat, une relation suivie dans une période définie pour atteindre le ou les objectif(s) défini(s).

Dans ma pratique, une mission de coaching s’étale en moyenne sur une durée allant de 6 à 10 mois en fonction des objectifs définis, à raison d’une séance d’1h à 1h30 toutes les deux semaines. La mission débute par la définition de l’objectif qui doit être SMART : Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et dans un Temps donné. Chaque séance de coaching débute par un objectif de séance décidé par le coaché, en lien avec son quotidien et son objectif final. Le coaché s’engage à mettre en œuvre des actions identifiées au cours de la séance qui seront discutées lors de la séance suivante. Entre deux séances, il y a des points d’échange intermédiaires par téléphone ou par email en fonction des besoins. C’est la dynamique de ce processus qui permet au client de sortir de sa zone de confort et de progresser plus rapidement vers la réalisation de ses objectifs.

Comment choisir un coach ?

Voici quelques points importants à prendre en compte lors de l’engagement d’un coach.

  • D’abord et surtout, quel est votre sentiment profond sur la personne ? Avez-vous un bon feeling avec cette personne ?
  • L’expérience de la personne, avant d’être coach puis en tant que coach, vous inspire-t-elle du respect ?
  • A-t-il suivi une formation certifiée de coaching et s’inscrit-il dans un processus de formation continue ?
  • Suit-il une supervision régulière ?
  • A-t-il effectué un travail sur lui-même ?
  • Quel est son code de déontologie ?
  • Quel type de contrat vous propose-t-il ?
  • Est-ce que cette personne comprend votre univers ?

Quelles sont vos excuses pour éviter le coaching ?

Si le coaching aide tant, alors pourquoi les avocats n’en profitent pas plus ? C’est le genre d’objections que j’entends souvent et voici les réponses que je fais. Est-ce que cela vous parle ?

  • Si j’ai recours au coaching, cela signifie que je suis quelqu’un de En fait, l’engagement d’un coachsignifie que vous avez décidé de réussir, parce que vous allez vous améliorer plus rapidement que vous ne le feriez en restant seul. Les athlètes sont la bonne métaphore à ce propos, ils ne sont pas plus faiblesparce qu’ils ont recours au coaching, au contraire ils sont plus forts.
  • Engager un coach coûte trop cher. Si vous pensez qu’il s’agit d’une dépense, inutile d’envisagez cette démarche. En fait, le coaching est un investissement sur vous-même. L’augmentation de vos revenus oula diminution de votre niveau de stress, à titre d’exemple, est généralement un très bon retour surinvestissement.
  • Je ne peux pas m’engager sur le temps nécessaire pour un coaching. Sans engagement, il n’y a pas de réussite. Le prix c’est le temps requis pour faire ce qui est nécessaire afin de s’améliorer. Allez-y seulement si vous souhaitez atteindre un nouveau palier dans votre réussite.
  • Les coachs essaient trop souvent d’intimider les gens. Un bon coach n’est ni un copain, ni un mentor, ni un assistant. Un coach apporte le leadership qui vous permet d’être meilleur.

Bien sûr, avant d’envisager un coaching, il est nécessaire d’être prêt pour le changement, d’avoir un esprit ouvert pour évaluer des propositions d’amélioration et d’avoir la volonté de faire le nécessaire pour réussir.

Comment définir la valeur du coaching ?

Si toutes les actions identifiées auxquelles s’est engagé l’avocat vis à vis du coach ne sont pas mises en œuvre, cela n’enlève rien à la valeur du processus de coaching. Les pas et progrès accomplis entre le démarrage de la mission de coaching et sa fin sont les plus importants. Sans le coaching, vous auriez accompli moins de choses. Plus, c’est mieux que moins, et c’est sur cette base que vous devriez voir lesavantages du coaching. Ses bénéfices peuvent être analysés et mesurés sur des critères définis au démarrage de la mission.

Alors voyez le coaching comme un investissement, c’est un investissement dans une énergie renouvelable, la vôtre ou celle de votre collaborateur clé ou associé, et vous en récolterez les dividendes année après année.