La pression d’un emploi de directeur financier – directeur administratif et financier – peut sembler écrasante, mais il existe des stratégies pour vous aider à y faire face.

Exercer une fonction financière a toujours été un travail stressant, mais cela n’a probablement jamais été aussi stressant que ça l’est actuellement. Au cours des cinq dernières années, les directeurs financiers ont été sur le front pour luter contre cette sévère crise financière.

Ils ont été accusés de stimuler l’amélioration du cash flow et la réduction des coûts pour survivre au marasme économique, tout en recherchant aussi des opportunités de croissance. Il n’est donc pas surprenant que de nombreux directeurs financiers se sentent sous pression, et pour certains d’entre eux plus que ce qu’ils peuvent supporter.

Plus que jamais il y a de la pression pour atteindre les objectifs, il y a une plus grande implication dans la définition de la vision de l’entreprise et une charge de travail accrue.

Les directeurs financiers sont également susceptibles de penser que leur propre performance est sous les projecteurs, et si elle venait à être considérée comme défaillante, leur position pourrait être à risque. Certains pourraient avoir envie de quitter leur employeur actuel, mais la stagnation du marché de l’emploi ne les encourage pas en ce sens, alors ils se sentent coincés en n’ayant pas la maîtrise de leur carrière. Sans parler, qu’ils peuvent aussi avoir des sources de stress supplémentaires en dehors du travail.

Les directeurs financiers travaillent généralement de longues heures et n’ont parfois pas le support adéquat au sein de leur département, ce qui leur rajoute de la pression. En effet, de nombreux services financiers sont en sous effectif voire n’ont pas le bon équilibre en termes de compétences entre les besoins opérationnels et les besoins plus stratégiques.

Le stress est un élément incontournable de la vie et une certaine quantité de stress peut être une bonne chose car cela nous aide à atteindre nos objectifs et à grandir en tant que personne. Toutefois, nous avons tous un seuil où la quantité de stress devient trop forte et où nous nous sentons incapables d’y faire face. Lorsque cela arrive, notre corps réagit au stress comme s’il s’agissait d’un danger physique et il passe en mode d’autoprotection. Nos muscles se tendent, notre cœur bat plus vite, nous commençons à transpirer et nous avons une poussée d’adrénaline.

Compte-tenu des effets nocifs que le stress provoque sur notre organisme, il n’est pas étonnant qu’un large éventail de symptômes physiques et mentaux apparaissent. Il s’agit notamment de la perte de confiance ou de concentration, l’impatience, l’irritabilité, l’anxiété, la négativité, la prise de décision avec des facultés affaiblies, l’insomnie, des habitudes alimentaires erratiques, l’incapacité à se détendre, l’introversion, des douleurs dorsales, des douleurs thoraciques, la tension musculaire et la pression artérielle.

Mais les directeurs financiers qui sont proches de ce seuil limite peuvent employer des stratégies de survie bien précieuses. Ils peuvent améliorer la gestion de leur propre stress en priorisant des initiatives de gestion des coûts et des risques, et en mettant des barrières. En d’autres termes, ils doivent apprendre à dire « non » de temps en temps.

Bien sûr, ce n’est pas seulement les directeurs financiers qui sentent la pression en ce moment, le reste du service financier en est aussi lourdement grevé. Et les directeurs financiers peuvent inconsciemment transférer leur stress à leur équipe, laquelle peut être moins en mesure qu’eux-mêmes d’y faire face.

Ils doivent aider leur équipe à prioriser ainsi que leur suggérer l’arrêt de tâches qui ne font pas ou plus réellement une vraie différence pour l’organisation. Les directeurs financiers ont également un rôle à jouer pour détecter les collaborateurs qui ont des difficultés. Ils doivent être proches de leur équipe, observer les changements dans les habitudes et les comportements. Le stress doit être abordé ouvertement.

Il est recommandé d’avoir une politique de la porte ouverte et de se familiariser avec l’appréhension des risques psychosociaux au sein de l’entreprise.

Si un directeur financier soupçonne l’un des membres de son équipe de ne pas arriver à s’adapter, il ne faut pas l’ignorer. Il convient de demander à un collègue ou à son manager direct d’avoir une conversation avec lui/elle. Une première initiative pour aider cette personne peut être de lui offrir plus de flexibilité dans son travail.

Surtout, n’oubliez pas qu’être stressé n’est pas un signe de faiblesse que ce soit pour vous ou pour n’importe qui dans votre équipe. Donc, si vous vous sentez stressé en ce moment, vous n’êtes certainement pas seul.

12 conseils pour faire face au stress

1. Renforcez votre résilience développez un état d’esprit flexible, fixer vous des objectifs réalistes, planifiez et anticipez les problèmes

2. Relevez vos déclencheurs de stress : notez les situations, les événements et les gens qui vous amènent à avoir une réponse négative physique, mentale ou émotionnelle -> Mettez en place un plan pour les gérer en trouvant un moyen de changer les circonstances qui en sont la cause

3. Acceptez les priorités les plus importantes avec votre PDG/DG : retardez ou éliminez les activités qui ne sont pas en rapport avec celles-ci, pensez à dire non ou à déléguer certaines demandes

4. Impliquez votre équipe lorsque vous réfléchissez sur la façon de mettre en œuvre de nouvelles initiatives : cela vous enlèvera de la pression, vous n’avez pas à penser à tout

5. Parlez avec d’autres directeurs financiers afin de partager ensemble le fardeau émotionnel et d’obtenir de nouvelles approches sur des problèmes similaires

6. Passez du temps avec votre famille et vos amis, surtout si vous voyagez

7. Pensez à vous et à votre bien-être, prenez le temps de faire ce que vous aimez : que ce soit en pratiquant une activité sportive ou culturelle, en jouant avec vos enfants, en lisant les journaux du dimanche, …

8. Mangez sainement et soyez vigilant sur votre consommation de caféine et d’alcool

9. Faites de l’exercice (sport, marche, …) ou pratiquez des techniques de relaxation ou de respiration (yoga, chant…) pour extérioriser vos tensions -> À chacun d’adopter la méthode qui lui convient le mieux et de prendre du plaisir à la pratiquer

10. Essayez de dormir un peu plus tôt pour vous offrir du temps de sommeil profond et réparateur

11. Ayez confiance en vous et dites vous que vous êtes capable de faire ce que l’on attend de vous – votre direction vous en sent capable !

12. Faîtes-vous accompagner par un coach professionnel afin de prendre du recul et développer les nouveaux talents comportementaux nécessaires pour réussir à faire face à votre challenge