Prise de poste “commencer par rencontrer les opérationnels”

Jan 15, 2018 | coaching potentiel |

« Au-delà des membres du comité de direction (s’il y en a un) ou de l’équipe dirigeante, il ne faut pas hésiter à descendre deux ou trois échelons, après accord – bien évidemment – des responsables hiérarchiques. On peut aussi envisager, au cours des deux ou trois premiers mois, de rencontrer quelques clients en compagnie d’un responsable ou directeur commercial… En tant qu’expert, le directeur financier ne doit pas craindre de “perdre du temps” à comprendre le business : il mettra d’autant mieux son expertise à profit, en connaissant bien les enjeux du business. La démarche est aussi importante pour créer du lien au sein de l’entreprise et se doter d’une bonne image. Car l’image de la fonction finance est encore mauvaise dans de nombreuses sociétés : il faut la démystifier et montrer que les financiers peuvent aussi être des facilitateurs. »

Créer du lien au sein de l’équipe

« Au sein de l’équipe finance, le lien est aussi essentiel. Le nouveau directeur financier doit rencontrer, au cours des deux ou trois premiers mois, tous les éléments clefs de son équipe, au cours d’entretiens individuels. On peut, par exemple, envoyer une invitation à tous, leur dire qu’ils sont les bienvenus dans son bureau, ou les inviter à déjeuner. C’est important pour mieux les connaître, pour comprendre l’existant et pour créer du lien, mais aussi parce que les meilleures idées viennent de la base, parmi les effectifs qui sont plus proches des clients et des problèmes concrets de l’entreprise. Les meilleurs dirigeants servent ceux qu’ils dirigent. Il faut profiter de son arrivée pour montrer que l’on est à l’écoute, que l’on donne du crédit aux idées et que l’on favorise leur émergence. Même si, bien sûr, il faudra ensuite faire des choix parmi les suggestions… »

Et, cet été, comment se préparer à un changement de poste ?

« Les vacances sont faites pour décrocher, prendre du recul. Cela ne sert à rien d’essayer de découvrir le secteur et de travailler en amont : les premières semaines dans l’entreprise permettront de le faire. Donc, pas de pression, grand repos. Une prise de poste est un moment difficile : la première année est souvent une véritable épreuve, très stressante. On ne sait pas, tout d’abord, si l’on va passer le cap de la période d’essai. Ensuite, on veut réussir le défi qu’on a décidé de relever avec ce nouveau poste.

Les principales ressources sur lesquelles on pourra alors s’appuyer sont en soi… Il est donc important de profiter de la période de vacances pour se recentrer sur soi, pour réfléchir à ses valeurs et à ses ressources et comprendre comment on pourra les retrouver dans le cadre du travail. C’est l’occasion de faire le bilan des challenges que l’on a surmontés, de ses éventuels échecs – et des leçons apprises, pour en tirer des conclusions utiles à sa prise de poste. Il est essentiel d’identifier les éléments sur lesquels on peut s’appuyer, afin de les retrouver rapidement, malgré le stress, lorsqu’on aura le nez dans le guidon durant les 3 à 6 premiers mois de sa prise de poste. »

Retrouvez l’article sur le site internet “Les Echos”